Réseaux & aménagement du territoire

Les réseaux maillent les territoires, intègrent les gaz renouvelables, et connectent les territoires entre eux.
Photo: JM Bannwarth

GRTgaz accompagne les territoires pour intégrer les gaz renouvelables, contribuer à la planification énergétique et mettre les solutions numériques au service de la transition énergétique.

Le réseau de GRTgaz évolue pour s’adapter aux besoins des territoires

Écoles, infrastructures de transport en commun (tramways…), logement, industrie, urbanisme : la vie des territoires est en constante évolution. Les changements des modes de vie appellent des besoins différents en matière d’accès à l’énergie. 
Pour accompagner les territoires dans leur développement, GRTgaz adapte les infrastructures qui alimentent. C’est le cas par exemple en Normandie, où le dynamisme de la demande gazière de la part de l’industrie amène GRTgaz à procéder à une extension de son réseau, avec l’artère du Cotentin.

Auprès de l’industrie, les équipes commerciales et techniques de GRTgaz s’engagent en faveur de la compétitivité du secteur à travers le projet upGRAID (usages performants du Gaz Réseau Atouts pour l’Industrie de Demain) en mettant en avant les avantages du gaz pour décarboner les activités industrielles et améliorer leur performance énergétique.

La production de gaz renouvelables dans les territoires contribue à l’autonomie énergétique de la France. En favorisant leur émergence et leur utilisation locale, en France, dans l’industrie et les transports, GRTgaz met son réseau au service de la transition énergétique du territoire. À fin 2020, 200 unités de méthanisation injectent du biométhane dans les réseaux existants. Près de 1 100 projets d’injection sont inscrits dans le registre de capacité et devraient voir le jour prochainement. Afin d’accompagner ce déploiement du biométhane dans les territoires, le « droit à l’injection » maintenant en vigueur offre un cadre transparent pour adapter les réseaux de transport et de distribution. Ce droit à l’injection encadre les décisions d’installations de rebours, ces équipements qui permettent de comprimer le biométhane et de l’injecter dans le réseau de transport, lorsque le réseau de distribution ne peut pas l’absorber.

L’exploitation, l’opération et le pilotage intelligent du réseau

Assurer la sécurité et la disponibilité de son réseau est une priorité pour GRTgaz. Des équipes réparties sur tout le territoire ont en charge l'inspection et la maintenance des canalisations et des équipements industriels. Ces activités s'appuient sur des outils de maintenance prédictive grâce à la collecte et télétransmission de données du terrain, comme des mesures de capteurs IoT (Internet of Things). Le croisement de ces données dans des outils de machine learning (apprentissage automatique) permet l'identification de défaillances au plus tôt et la planification optimale des interventions des opérateurs de terrain, au plus juste.

GRTgaz a mis en place un dispositif de surveillance intelligente de ses 32 000 km de réseau de transport, afin d’éviter tout dommage aux canalisations ou lors de travaux d'excavation non déclarés par exemple. Pour la surveillance intelligente, GRTgaz met en œuvre : traçage GPS, application smartphone dédiée et intégration dans le SIG, utilisation des moyens de surveillance les plus adaptés, expérimentation de nouveaux systèmes de surveillance…

Centre névralgique du système gazier, le centre de pilotage (dispatching) équilibre chaque jour les flux physiques entre l’offre et la demande. Pour cela, il récupère l’ensemble des informations transmises et réalise ainsi un pilotage optimisé 24/24 du réseau, et de l’ensemble des composantes du système. Il s’appuie sur les données de comptage de son réseau, sur les informations transmises par les autres opérateurs, sur les données météo et des simulations qui lui permettent de prédire les consommations au pas de temps horaire.

« Des changements structurels ont motivé le développement des réseaux intelligents gaz : les technologies du numérique, l’essor de la mobilité gaz, les productions de gaz décentralisées de biométhane sur les territoires (méthanisation, pyrogazéification, gazéification hydrothermale…) et d’hydrogène. Les réseaux intelligents sont au cœur de cette transition énergétique et s'appuient pour cela sur les opportunités offertes par la transition numérique. »

Carole Baron

Déléguée Smart Grid, à la Direction du Système d’Information

Le Smart Grid au service du développement des gaz renouvelables

La transition écologique et son impact sur le système énergétique amènent à repenser la valeur des réseaux dans un monde décarboné. GRTgaz travaille donc à être un acteur responsable de cette transition par la conception de nouvelles installations pour maximiser l’insertion des énergies renouvelables décentralisées. 

Dans ce contexte, le Smart Grid (ou réseau intelligent) met les technologies du numérique au service de la performance industrielle et de l’intégration des ENR.

Les solutions Smart Grid mobilisent les technologies du numérique, instrumentation, capteurs IoT, les simulations permettant de prévoir au mieux le fonctionnement des réseaux, et l’intelligence collective dans la conception, l’exploitation et le pilotage des réseaux. 

Lancé en 2017, un premier démonstrateur « Smart Grid » est déployé sur trois départements en Bretagne et en Pays de la Loire. L’objectif de West Grid Synergy est de démontrer la faisabilité d’un territoire 100% gaz renouvelable en adaptant les infrastructures, le pilotage et l’exploitation des réseaux de gaz pour maximiser la capacité d’injection de biométhane. Ce démonstrateur a notamment accueilli les deux premières installations de rebours de France. D'autres solutions alliant réseaux gaz et numérique sont expérimentées : 

  • régulation dynamique de la pression de livraison, pour satisfaire au plus juste les besoins des réseaux de distribution en aval et ainsi augmenter les capacités d’injection de biométhane ;
  • expérimentation de maintenance prédictive grâce à l’instrumentation des équipements ;
  • reconstitution de la qualité du gaz sur un réseau de distribution grâce à des outils de modélisation. 

Enfin, les partenaires de West Grid Synergy ont créé un nouvel indicateur en open data qui permet aux habitants et aux collectivités de suivre le développement des gaz renouvelables.

Un outil pédagogique autour des réseaux d’aujourd’hui et de demain

Connect présente les modes de production de gaz renouvelables, leur connexion au réseau, et les solutions Smart Grid.

 

Page d'accueil Connect

Open Data Réseaux Énergies : une plateforme pour les données énergétiques des territoires

En collaboration avec RTE, Teréga, Storengy, Elengy, LNG Dunkerque, l’AFGNV et Wheathernews, GRTgaz met à disposition de tous et plus particulièrement des décideurs territoriaux les données « énergie » pour faciliter l’élaboration de politiques énergétiques, le suivi des plans d’action et favoriser l’innovation et l’émergence de nouveaux services et projets en faveur de la transition énergétique. 

Né en 2017, Open Data Réseaux Énergies propose aujourd’hui plus de 120 jeux de données autour des thématiques suivantes : Consommation, Production, Environnement, Infrastructures, Marché et Mobilité, contextualisé par des données météorologiques, à différentes mailles géographiques (nationale, régionale, départemental, EPCI et IRIS).
La mise à disposition de données s’inscrit dans notre démarche de transparence et de pédagogie à l’égard des citoyens, des collectivités territoriales et des acteurs économiques.

Site internet Open Data Réseaux Energies

GRTgaz s’engage dans la décarbonation de l’industrie et des transports

En utilisant le gaz en lieu et place du charbon et du fioul, les entreprises limitent leur impact environnemental. Le gaz génère moins de polluants (poussières, dioxyde de soude, oxydes d’azote) et moins de CO2. C’est pourquoi GRTgaz favorise leur conversion énergétique au profit du gaz. Depuis 2012, près de 100 GWh/j de capacités ont été créées ou renforcées pour ses clients industriels. Cela représente la consommation annuelle en gaz de quatre sucreries de taille moyenne. Entre 2012 et 2017, les conversions du fioul vers le gaz de clients industriels ont permis d’éviter l’émission de 1,8 Mt de CO2 à fin 2017, soit une contribution équivalente à 10 000 éoliennes de 2 MW.

Dans les transports, le Gaz Naturel Véhicule (GNV) réduit les émissions de gaz à effet de serre de 15 % à 20 % par rapport au diesel et de 80 % dans le cas du bioGNV (version renouvelable du GNV).  Reconnu Crit’air1 dans l’échelle des certificats de qualité d’air, il préserve la qualité d’air en limitant fortement les rejets atmosphériques (60 % à 70 % d’oxydes d’azote et 95 % de particules fines en moins par rapport au diesel). D’où un fort développement des immatriculations au GNV, en particulier pour les véhicules lourds (Poids Lourds, bus et autocars), en croissance de plus de 40 % par an depuis plusieurs années.

Fin 2020, plus de 4 400 bus et autocars au GNV circulent en France. La part de ces véhicules est amenée à s’accroître dans les années à venir, de nombreuses autorités organisatrices de la mobilité ayant lancé des appels d’offre pour verdir leur flotte de transports en commun. Île-de-France Mobilités prévoit par exemple que 7 000 bus circuleront au bioGNV en 2030 dans la région, soit 70 % du parc. Dès 2025, la RATP prévoit d’alimenter la moitié de ses bus au bioGNV pour transporter 500 000 passagers et se conformer aux exigences de la Zone à Faibles Emissions de l’agglomération Parisienne (ZFE, créées par la Loi d’Orientation des Mobilités fin 2019) qui prévoit l’interdiction du diesel en 2024.

Le développement des stations d’avitaillement en GNV, privées et publiques, va favoriser la croissance de ce marché. GRTgaz propose d’ailleurs le raccordement de ces stations à son réseau. L’opérateur dispose pour cela d’un atout : le niveau de pression élevé de son réseau diminue l’effort de compression à fournir par la station et par conséquent sa consommation électrique.

Le développement des filières de gaz renouvelables va accélérer la décarbonation des usages de l’industrie et de la mobilité. Sous contrat de raccordement et d’injection avec GRTgaz, au titre du droit à l’injection, des acteurs économiques locaux produisent du biométhane à partir de leurs déchets ou des matières fermentescibles issues des exploitations agricoles et l’injectent sur le réseau. GRTgaz les accompagne dans la réalisation de leur projet d’injection et pour que leur installation soit performante. Issues de différents procédés tels que la méthanisation, la pyrogazéification et la gazéification hydrothermale ces énergies renouvelables décentralisent la production de gaz et apportent une dimension locale au pilotage des réseaux. Le Power to Gas, process de transformation d’électricité en hydrogène puis en méthane, participe à ces nouvelles filières.

Titre
Lien utile

Ces contenus peuvent vous intéresser

RICE (Research & Innovation Center for Energy) - photo: Grégory Brandel

Innover pour relever les défis de la transition énergétique