Gazéification hydrothermale

Production de gaz renouvelables et bas carbone à partir de déchets organiques.
Visite d’un pilote préindustriel en Suisse
Installation Hydropilot installée en 2020 à Villigen (Suisse) en collaboration avec TreaTech - photo : M. Fischer, Paul Scherrer Institute, 2020

GRTgaz vous invite à connaître les avancées de la technologie de production de gaz renouvelables à partir de déchets organiques par gazéification hydrothermale grâce à la visite du pilote préindustriel de TreaTech, le plus avancé de sa catégorie en Europe.

Qu’est-ce que la technologie de gazéification hydrothermale ?

Une technologie de valorisation de déchets organiques en gaz renouvelable et bas carbone. Il s’agit d’un procédé de conversion thermochimique à haute pression (210 à 350 bars) et à haute température (360 à 700 °C) s’adressant tout particulièrement aux déchets organiques contenant ou étant mélangeables à de l’eau (boues de STEP, déchets industriels / agricoles / ménagers / collectivités locales, etc.)

Cette technologie disruptive, encore peu connue et s’inscrivant dans une dynamique d’économie circulaire dispose d’un potentiel de développement très important. En France, des premiers projets sont en cours de développement alors que plusieurs pays (Allemagne, Pays-Bas, Suisse) en Europe sont déjà passés à au moins une phase de pilotes préindustriels. Nous vous proposons la visite de l’installation pilote de la famille technologique « GH avec catalyse » la plus avancée en Europe sachant traiter jusqu'à 110 kg/h de déchets organiques.

GRTgaz a lancé en 2021 le premier Groupe de Travail national dédié à la gazéification hydrothermale qui rassemble prochainement une cinquantaine d’acteurs* animé par des intérêts communs dans la transition énergétique au service des territoires et de leurs acteurs économiques.

L’objectif de ce collectif est d’accompagner la structuration de la filière et de participer à la définition d’un cadre national d’ici 2024 facilitant son déploiement effectif, et, plus largement, contribuant aux objectifs de la transition énergétique et de l’économie circulaire à court et moyen terme.

Se positionnant en parallèle ou en aval des filières de méthanisation, de valorisation des déchets solides en gaz renouvelables et bas-carbone (pyrogazéification) et face à l’Incinération, la gazéification hydrothermale est une technologie innovante combinant aussi bien le traitement de déchets organiques que leur conversion en gaz renouvelable ou bas carbone injectable dans les réseaux de gaz ainsi que la récupération et la valorisation de métaux, de minéraux, de l’azote et de l’eau contenus dans l’intrant initial.

D’ici 2026, les acteurs de la filière gazéification hydrothermale souhaitent réussir la mise en œuvre des premiers projets industriels en France. La trajectoire de développement projetée vise une capacité de production de gaz renouvelable et bas carbone injectable dans le réseau de gaz d’au moins 2 TWh/an à horizon 2030 et d’au moins 50 TWh/an d’ici 2050.

*Membres du Groupe de Travail national, dédié à la gazéification hydrothermale

Zoom sur le pilote préindustriel de TreaTech monté en commun avec l’Institut Paul Scherrer (HydroPilot)

L’installation pilote de TreaTech et de son partenaire est installée depuis 2020 dans les locaux du Paul-Scherrer-Institut (PSI) à Villigen en Suisse. Il s’agit d’une installation pré-industrielle qui se base sur la famille de technologie « GH avec catalyse intégrée » dont la particularité est d’abaisser la température de réaction dans le réacteur à environ 400°C et de générer un gaz de synthèse particulièrement riche en méthane (jusqu’à 70 % sans ajout artificiel d’hydrogène).

L’objectif du projet a été de tester et fiabiliser la conception et le fonctionnement en continu du cœur du « procédé gazéification hydrothermale » c’est-à-dire tous les équipements de l’ouvrage soumis au couple haute pression et haute température et ceci avec différents types d’intrants (déchets organiques +/- humides) allant du glycérol en passant par des boues de STEP jusqu’à des déchets industriels bien spécifiques.

L’installation en place est capable de séparer les solides (minéraux, métaux), de générer un gaz de synthèse et de séparer le résidu liquide (de l’eau de qualité au moins industrielle) comme une installation industrielle devrait le faire dans des conditions réelles.

Photo du PSI de l'installation « Hydropilot » installée en 2020 à Villigen en collaboration avec TreaTech
Photo du PSI de l'installation « Hydropilot » installée en 2020 à Villigen (Suisse) en collaboration avec TreaTech - crédit : M. Fischer, Paul Scherrer Institute, 2020

 

Contenus en lien

Source Gettyimages
13 AVR 2022 - Gaz renouvelables -
7 MIN

La gazéification hydrothermale, une filière d'avenir pour la transition énergétique

Interview de Frédéric Julliard (startup suisse TreaTech) et Woot de Groot (société néerlandaise SCW Systems)