logo GRT GAZGRT gaz - construisons le transport de demain
La revue soGaz #1
Le Rapport d’activité et de développement durable 2017
Le Gaz. L’Energie des Possibles  repart en campagne !
Lancement de la solution appygas

Des solutions énergétiques pour l'industrie

Métallurgie, papeterie, agroalimentaire… Autant de secteurs industriels, utilisant chaudières et fours.

Ces derniers représentent de gros consommateurs en gaz naturel et pour lesquels l’optimisation des usages du gaz est primordial.

Au-delà du prix des énergies, quels leviers actionner pour optimiser la performance de ces sites industriels ? Accès au marché de gros, optimisation des process, choix des équipements et mise en place de solutions techniques performantes… GRTgaz accompagne les consommateurs industriels dans leurs projets pour une utilisation optimisée du gaz naturel aussi bien sur le plan environnemental qu’économique.

 

Améliorer la performance énergétique de son site industriel

GRTgaz accompagne les consommateurs industriels dans leurs projets pour une utilisation optimisée du gaz naturel aussi bien sur le plan environnemental qu’économique.

 

Interview de Yann Guinard, acheteur leader énergie pour SGD S.A

 

Outre l’opportunité de bénéficier d’un marché de gros dynamique et d'un prix compétitif par rapport à d’autres énergies telles que le fioul, le gaz offre des atouts indéniables dans le contexte réglementaire et technologique actuel.

  • La réglementation relative à la qualité de l’air tend à se durcir, notamment avec la transposition de la Directive IED (Industrial Emissions Directive), la mise en œuvre du « Plan Particules » et les plafonds imposés à la France par la Directive NEC (National Emissions Ceilings). Les combustibles liquides y seront nettement contraints et les exigences sur les poussières seront plus fortes qu’auparavant (combustibles concernés : biomasse, charbon, fuel). Or, la combustion du gaz naturel n’émet ni suie, ni poussière. Elle génère 30 % de CO2 de moins que le fioul et 45 % de moins que le charbon, moins de NOx et très peu de SO2, responsable des pluies acides. On retiendra la Valeur Limite d’Émission de 100 mg/Nm3 de NOx pour le gaz naturel, pour les chaudières neuves comme pour les chaudières existantes, ainsi que sur la mesure en continu des émissions dans un certain nombre de configurations.
  • Dans le domaine fiscal également, pour les industriels redevables de la TGAP (Taxe Générale sur les activités polluantes), le gaz représente un atout économique puisque les taux en vigueur sur les émissions de SOx et poussières totales en suspension ont été triplés en 2013. Concernant les NOx, le taux est passé de 160,80 €/t à 164,18 €/t, après avoir triplé en 2012.
  • Dans le domaine de l’efficacité énergétique, l’année 2012 a été marquée par le vote d’une nouvelle Directive EED (Energy Efficiency Directive) qui devrait s’appliquer dès 2014. Parmi les mesures adoptées, on notera l’obligation des grandes entreprises à procéder tous les 4 ans à un audit énergétique, ce qui pourrait constituer une réelle opportunité d’amélioration des process industriels et de diminution du coût du poste énergie.
 

Optimiser les usages du gaz naturel

GRTgaz accompagne les consommateurs industriels dans leurs réflexions quant aux pistes d’économie pouvant être mises en œuvre sur leurs installations.

Par exemple, dans le cas des chaufferies industrielles, on peut en citer de 4 types :

1/ Le suivi énergétique des consommations d’énergie et d’eau. Première des actions à mettre en place, ce suivi permet de déterminer précisément la répartition de l’énergie entre les différents postes utilisateurs et de disposer de moyens de détection d’éventuelles dérives des consommations.

2/ Le contrôle périodique des performances des chaudières, via l’analyse régulière de la combustion, le calcul des rendements utiles, et, si besoin, la réalisation de réglages. Obligatoire pour les chaudières de plus de 400 kW, ce contrôle est primordial. L’optimisation de la combustion ou la mise en place d’une régulation
O2-CO peut faire gagner 0,5% à 2% de rendement sur PCI.

3/ L’optimisation et l’installation de procédés performants tels que la gestion de la purge de déconcentration, la récupération thermique sur les purges des chaudières, la mise en place d’un condenseur ou d’un économiseur. La mise en place de ce dernier permet souvent d’atteindre un gain de rendement de 4 %.

4/ L’optimisation du réseau vapeur par exemple en isolant les canalisations, en mettant en place une maintenance préventive du parc de purgeurs ou en utilisant la vapeur de revaporisation. A titre d’illustration, on considère que 20 % du parc de purgeurs se montre défectueux chaque année. Hors, une fuite sur un purgeur représente 5 à 20 kg/h de vapeur perdue.

Si ces pistes d’économies sont « classiques », chaque chaufferie est bien souvent un cas particulier. Aussi le choix de la (ou les) solution(s) à mettre en œuvre dépend de la spécificité du site et de la façon dont est produite et utilisée la vapeur.

Conversion du fioul au gaz : illustration de gains potentiels

CARACTÉRISTIQUES DE LA CHAUDIĖRE FIOUL

Chaudière vapeur

Capacité

10 t/h

Consommation annuelle de fioul lourd à très basse teneur en soufre (TBTS)

4 190 t

soit une facture énergie de :

2 417 k€/an

EN CONVERTISSANT LA CHAUDIĖRE AU GAZ NATUREL

Gain énergétique total (rendement d’exploitation,
mise en oeuvre du combustible, brûleurs plus performants) :

de 5,5 à 9 %

Gain supplémentaire possible pour la solution gaz en mettant en
place une solution de récupération de chaleur sur les fumées :

de 4 à 5 %

ÉCART DE PRIX ENTRE LES DEUX COMBUSTIBLES*, ÉCONOMIE GLOBALE HT

De 31 à 35 %, soit environ 800 K€/an (sans compter les gains sur les taxes)

* Hypothèses de prix des énergies (prix indicatifs de marché, mai 2013) :
- fioul lourd TBTS : 52 €/MWh
- gaz naturel : 35 €/MWh

 

Les Clubs de performance industrielle, pour répondre aux besoins spécifiques de chaque consommateur

L’efficacité énergétique est désormais un facteur de compétitivité. A l’avenir, les réflexions sur la gestion de l’approvisionnement iront de pair avec le développement d’usages performants et efficaces énergétiquement. Technique, achat, exploitation, réglementation, fiscalité… toutes ces composantes sont de plus en plus, et inextricablement, au cœur des réflexions industrielles pour faire évoluer les outils et les méthodes de production.

GRTgaz a ainsi décidé de mettre en place des Clubs de Performance Industrielle, des événements dédiés à un groupe de consommateurs pouvant échanger sur les mêmes problématiques. De façon régulière, GRTgaz s’adresse ainsi aux industriels raccordés au réseau de transport ou à de futurs clients qui souhaitent échanger avec d’autres industriels et apporter des éléments de retour d’expériences sur différents thèmes.

Les Clubs de Performance Industrielle ont aujourd’hui rassemblé les consommateurs industriels autour de 3 grands secteurs :

  • la verrerie ;
  • l’agroalimentaire ;
  • l’approvisionnement en gaz naturel.

Capture vidéo Clubs de performance industrielle