logo GRT GAZGRT gaz - construisons le transport de demain
Le Catalogue des Prestations au 1er janvier 2017 est en ligne !
Fonctionnement du réseau de transport de gaz en hiver
Val de Saône - Un programme pour assurer pour assurer la compétitivité  et la sécurité d'approvisionnement en France - Crédit photo : Jean-Luc Kaiser
Des solutions d’avenir pour la  transition énergétique - Biométhane, GNV, Power to Gas...

Le rôle stratégique du transport

La sécurité énergétique est un enjeu majeur. Les opérateurs de réseaux de transport contribuent à le relever en facilitant l'accès à des sources d'approvisionnement diversifiées.

Gaziers de dos dans station
 

Diversifier les ressources, stimuler la concurrence

  • 98 % du gaz naturel consommé en France est importé sous forme gazeuse et sous forme liquéfiée (GNL). A l'échelle de l'Europe, les importations atteignent plus de 60 % et devraient dépasser 80 % en 2030.
  • La concurrence est exacerbée au bénéfice des consommateurs. La mise en service de nouveaux gazoducs, le déploiement de nouvelles capacités de réception et de regazéification de GNL, ainsi que le développement des réseaux de transport et des points d’interconnexion entre les pays ouvrent de nouvelles routes au gaz naturel.
 

De grands projets d’infrastructures gazières en Europe

La demande de gaz naturel de l'Europe dépassera 630 milliards de Gm3 en 2035 selon l'Agence internationale de l'énergie. Avec une production européenne inférieure à 100 Gm3, les importations vont fortement progresser. L'Europe s'y prépare en développant ses infrastructures gazières.

  • De nouvelles capacités d’importations de GNL sont entrées en service en 2010 en France et en Grande Bretagne (25 Gm3) et en 2011 aux Pays-Bas et en Italie (15,8 Gm3).
    Plusieurs projets de terminaux méthaniers ou d'extensions sont à l'étude en Belgique, en Italie et en France, dont le terminal de Dunkerque (13 Gm3/an fin 2015).
  • Deux gazoducs importants sont entrés en service en 2011: Medgaz entre l'Algérie et l'Espagne  (8 Gm3/an) et Nord Stream  entre la Russie et l’Allemagne par la mer Baltique (27,5 Gm3/an et autant d’ici 2013).
    D'autres projets sont à l'étude : le GALSI de l’Algérie à l’Italie via la Sardaigne (8 à 10 Gm3/an en 2015) ; South Stream de la Russie à l’Europe par la Bulgarie (63 Gm3/an  fin 2015) ; Nabucco de de la Mer Caspienne à l'Europe par la Turquie (8 Gm3/an en 2016, 31 Gm3/an ultérieurement) ; Trans Adriatic Pipeline (TAP) et Interconnector Greece Italy (IGI) entre la Grèce et l’Italie (10 Gm3/an pour chaque projet).
 

La France au cœur des flux gaziers

  • La France est connectée par gazoducs au Nord, à l’Est et au Sud de l’Europe. Elle dispose aussi de façades maritimes remarquablement situées pour accueillir le GNL des pays du Golfe et des bassins méditerranéen et atlantique.
    Cette position géographique exceptionnelle lui permet de recevoir du gaz naturel en provenance des principales zones de production mondiales et à destination des pays consommateurs d’Europe.
  • La France joue ainsi un rôle clé dans la sécurité d’approvisionnement des Etats membres de l'Union européenne au meilleur coût. Le renforcement de ses infrastructures gazières lui donnera sa pleine dimension.