logo GRT GAZGRT gaz - construisons le transport de demain
Maquette d’information numérique et interactive Connect
Déclaration de performance extra financière de GRTgaz
Panorama du Gaz renouvelable 2019
La revue soGaz #5

Artère Gascogne Midi

Les enjeux de l'artère Gascogne Midi

 

L’évolution des zones de marché en France

GRTgaz a constamment investi pour réduire le nombre de zones d’équilibrage, passées de 7 à 3 depuis 2003, facilitant l’utilisation du réseau et l’intégration du marché français dans l’Europe.
L’important écart de prix entre les zones Nord et Sud et le résultats des enchères du printemps 2014 sur la liaison Nord-Sud témoignent de la congestion physique entre les parties nord et sud du réseau de GRTgaz. La CRE et les acteurs du marché souhaitent poursuivre l'effort de simplification de la structure de marché française et parvenir à terme à une seule zone de marché en France, en cohérence avec le modèle cible européen.

 

La création d’une place de marché France unique

En 2011, l’étude confiée au cabinet KEMA a montré que la fusion des zones de marché Nord et Sud de GRTgaz sur la base des projets Arc de Dierrey et Eridan impliquerait de recourir à des mécanismes contractuels potentiellement très onéreux.

En 2012, GRTgaz a étudié une approche combinant investissements et mécanismes contractuels. En complément de l’Arc de Dierrey et d’Eridan, le projet Val-de-Saône consistant à doubler l’artère de Bourgogne entre Voisines (Yonne) et Etrez (Ain) s’est imposé comme la solution la plus efficace pour soulager les congestions et limiter le recours à des outils contractuels. La CRE s’est fondé sur ces informations pour retenir, aux termes de sa délibération du 19 juillet 2012, l’orientation consistant à créer un PEG unique s’appuyant sur le projet Val de Saône.

Conformément aux termes de cette même délibération, et afin de confirmer cette orientation, la CRE a fait mener par le cabinet Pöyry, au second semestre 2013, l’analyse coûts-bénéfices de différentes solutions d’investissement pour la création du PEG unique. Cette étude a confirmé la pertinence du projet Val de Saône. Elle a aussi identifié une alternative plus économique au projet Eridan en vue de la création du PEG unique : la réalisation du projet Gascogne-Midi, associant des renforcements sur les réseaux de GRTgaz et de TIGF.

L’étude Pöyry a conclu que la création d’un PEG unique dégageait des bénéfices pour les marchés français et ibériques dans tous les scénarios de marché dans lesquels le GNL n’est pas durablement moins cher que le gaz gazeux livré par pipeline. Ces bénéfices sont notablement plus élevés que les coûts d’investissement dans le cas où le GNL est plus cher que le gaz gazeux.

Une étude réalisée conjointement par GRTgaz et TIGF fin 2013 a permis de préciser le dimensionnement de l’ouvrage Gascogne-Midi.

A l’issue de la consultation publique conduite en février et mars 2014, la CRE a confirmé le 7 mai 2014 l’orientation de création d’une place de marché unique à l’horizon 2018. Elle a retenu le schéma d’investissement associant les projets Val de Saône et Gascogne-Midi.

Dans l'attente de la mise en service de ces investissements, GRTgaz se mobilise et coopère étroitement avec des autres opérateurs d'infrastructures, pour mettre en œuvre des mesures innovantes de nature à accroître les flux Nord vers Sud et améliorer la situation des prix en zone Sud.

Carte de France - création d'un PEG unique

 

Les caractéristiques du projet Gascogne-Midi

Il permet d'alimenter la région PACA dans le Sud Est de la France en créant un flux rebours de TIGF vers GRTgaz par l'Artère du Midi.

  • Sur le réseau de TIGF, il comprend des travaux avec le redoublement partiel de l'Artère de Gascogne sur 60 km entre Lussagnet et Barran et l'adaptation de la station de Barbaira.
  • Sur le réseau de GRTgaz, les stations de Cruzy (Hérault) et Saint-Martin-de-Crau (Bouches du Rhône) seront adaptées afin d’exploiter l'artère du Midi en sens rebours.
    Le budget prévisionnel est de 152 M€ pour TIGF et de 21 M€ pour GRTgaz, pour une mise en service prévue en 2018.